Les reliefs constituent un chapitre consistent et original de l'œuvre de Cornel Medrea. Le sculpteur a expérimenté tous les types de relief, depuis celui très plat jusqu'à celui qui touche le tridimensionnel (la ronde-bosse). Placés sur les socles de certains bustes ou statues dans le but d'évoquer la personnalité de celui à qui on rend hommage ou totalement indépendants, les reliefs, à sujets tantôt historiques, tantôt mythologiques, se distinguent par la composition de scènes à plusieurs personnages, savamment élaborés.
© Editions Meridiane
La Légende de Dragos-Voda date de 1918, mais ce relief est repris dans une nouvelle variante pour représenter le Pavillon roumain à l'Exposition internationale de Paris de 1937 où il sera aussi récompensé d'un prix. La scène de l'affrontement de Dragos et l'aurochs est animée d'un souffle épique. Grâce à l'intelligence artistique on suggère la profondeur spatiale, la succession des plans qui se superposent et s'entrecroisent. Au-delà d'une excellente exécution professionnelle, le relief palpite de force et de vivacité.
© Editions Meridiane
Fat-Frumos est un relief de 1922. Par son sujet, l'ouvrage appartient à la tendance qui tenait le folklore pour une source majeure d'inspiration. De la légende Medrea ne retient que le thème du couple. C'est maintenant que chez Medrea prend contour l'idéal de beauté masculine et féminine, idéal d'une douce vigueur d'où la force exagérée est absente. Le modelage est sensible et il est porteur de suggestions poétiques.
© Editions Meridiane
Le Perce-neige, de 1923, est un haut-relief, genre peu employé dans la sculpture roumaine.
Les reliefs à sujet mythologique (Léda, 1934 ; Faun) sont des remarquables exemplaires de la survivance du classicisme et de sa transformation à l'époque moderne.
© Editions Meridiane
Faun
© Editions Meridiane
Cantique des cantiques
© Editions Meridiane
Intimité (conversation)
Menu | Oeuvre